Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

Archives

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 12:47
 

Lorie, de son vrai nom Laure Pester, chanteuse et comédienne française, est née le 2 mai 1982, jour béni, au Plessis-Bouchard, dans le Val-d'Oise.

Dès l'âge de 6 ans, elle commence à patiner. A 15 ans et à quelques mois du Championnat de France, son ménisque lâche, elle abandonne la glace pour les feux du casting, elle vend plus de 7 millions de disques, 1 million de DVD et 450.000 livres, elle rassemble plus d'1 million de spectateurs enthousiastes en 267 concerts.

Foin des lagardetmichardises. Point de commentaires histhéoriques à la manière de Sainte Beuve, martyre de la critique littéraire canonisée au XIXe siècle, Laure n'est pas inféodée à la calotte chantante, nous l'allons montrer tout à l'heure. Egalement à l'écart de l'impudique dévoilement heideggérien, le degré zéro de l'écriture.

Ecoutons, regardons, lisons son œuvre majeure, à ce jour, en nous attachant à l'analyse du discours et non au délayage du contenu. Si cela valait bien pour Dom Juan et le petit Marcel, elle le vaut bien.



Lorie, 1 garçon in album 2Lor en moi ?, 2007

Auteur(s)/compositeur(s) : Christine Roy/Christophe Emion, Lorie, 2L'AIR

26 septembre 2008 : le clip est disponible en téléchargement sur téléphone mobile.

8 octobre 2008 : premières diffusions du clip 1 garçon à la télévision et sur internet.

5 décembre 2008 : sortie du Single.

 

J'ai attendu que tu décides de parler, de parler, de parler.

Tu ne veux pas me voir souffrir mais tu gardes bien ton secret.

Ce que j'ai vu dans tes yeux, dans ses yeux, dans vos yeux,

On l'a perdu tous les deux, tous les deux.

Moi j'espérais des confidences, je ne veux plus de ton silence.

Est-ce que je perdrais la raison

Parce que t'aimes, parce que t'aimes, parce que t'aimes un garçon ?

Un garçon, un garçon.

Comme si rien ne s'était passé, tu souris, tu souris, tu souris.

Aurais-tu peur de t'avouer le garçon que tu es vraiment ?

Comment choisir, lui ou moi, lui ou moi, lui ou moi ?

Sans nous détruire tous les trois, tous les trois.

Moi j'espérais des confidences, je ne veux plus de ton silence.

Est-ce que je perdrais la raison

Parce que t'aimes, parce que t'aimes, parce que t'aimes un garçon ?

Un garçon, un garçon, un garçon, t'aimes un garçon !

Moi j'espérais des confidences, je ne veux plus de ton silence.

Est-ce que je perdrais la raison

Parce que t'aimes, parce que t'aimes, parce que t'aimes un garçon ?

Moi j'espérais des confidences, je ne veux plus de ton silence.

Est-ce que je perdrais la raison

Parce que t'aimes, parce que t'aimes, parce que t'aimes un garçon ?

Moi j'espérais des confidences, je ne veux plus de ton silence.

Est-ce que je perdrais la raison

Parce que t'aimes, parce que t'aimes, parce que t'aimes un garçon ?

Un garçon, un garçon, un garçon, un garçon, un garçon, t'aimes un garçon !

 

Si nous approchons un instant et de loin l'art de la prosodie, c'est à seule fin de marquer dans le texte l'accent ternaire (cher à Villon, diront-ils, mais où sont les neiges d'antan), image de l'amant mystérieux.


de parler, de parler, de parler

dans tes yeux, dans ses yeux, dans vos yeux

parce que t'aimes, parce que t'aimes, parce que t'aimes

tu souris, tu souris, tu souris

lui ou moi, lui ou moi, lui ou moi

un garçon, un garçon, un garçon


L'insistance du t'aimes t'aimes t'aimes se lit comme un fuck (se prononce ici phoque) rimbaldien - c’est l’olive pâmée, et la flûte câline - comme ces yeux appellent l'œil de Georges Bataille.


Richesse de l'allitération dans le signifiant, économie sémantique du signifié, écart subtil du tes ses vos.


Ces yeux obsédants, tels ceux du chat du Cheshire pour Alice,

ne sont pas ceux de Laure,

ni ceux-ci

ni ceux-là,

non, ce sont les yeux du voyeur derrière la jalousie.


Le voyeur, le narrateur. Lisez sans les images ! Aucun accord ne vous assure que le personnage qui parle est une fille ni même qu'il parle à un garçon.


Aurais-tu peur de t'avouer le garçon que tu es vraiment ?


Le garçon manqué ? le garçon de la honte ?


Jacques Prévert, dans son Déjeuner du matin * (Paroles, 1946), met en scène deux personnes en situation de rupture. Après que le curé d'une paroisse parisienne ait reproduit le poème édifiant dans son bulletin sous le titre Mon mari, Prévert fit valoir dans Fatras (1966) que ces êtres d'encre ne formaient pas forcément un couple légitime et qu'il s'agissait peut-être de deux innocents et charmants homosexuels.


The trouble with Lorie.


Des questions ?


_ Maître, le plan où l'amant roule un patin à son amant ne montre-t-il pas qu'il pense toujours à sa skateuse ?

_ Maître, est-il vrai comme on l'entend que si Cary Grant avait connu Laure, il serait devenu homosexuel ?

_ Maître, n'aviez-vous pas annoncé une relecture de La Légende des siècles, L'œil était dans la daube et matait le coquin ?

_ Maître, votre conférence est-elle une contribution aux Songs on the beat du Professeur GT ?

_ Maître, vous arrive-t-il de répondre aux questions ?

 

---

* Déjeuner du matin

 

Il a mis le café
Dans la tasse
Il a mis le lait
Dans la tasse de café
Il a mis le sucre
Dans le café au lait
Avec la petite cuiller
Il a tourné
Il a bu le café au lait
Et il a reposé la tasse
Sans me parler

 

Il a allumé
Une cigarette
Il a fait des ronds
Avec la fumée
Il a mis les cendres
Dans le cendrier
Sans me parler
Sans me regarder

 

Il s'est levé
Il a mis
Son chapeau sur sa tête
Il a mis son manteau de pluie
Parce qu'il pleuvait
Et il est parti
Sous la pluie
Sans une parole
Sans me regarder

 

Et moi j'ai pris
Ma tête dans ma main
Et j'ai pleuré 
 

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 20:33

 
à Jean-Marie Dutey


Les Moines de Saint-Bernardin (traditionnel), André Mondé, 1950, in Un Siècle de Veillées Au Lapin Agile d'Hier à Aujourd'hui, EPM n°980 610


La gentillesse est mal portée *.


Une petite phrase de Michel Onfray.


Mal portée, mal venue.

Mal venue dans sa définition. Chez Littré, c'est le joli, le gracieux, tout en souplesse et saillie agréable. On le disait plus anciennement de certains petits ouvrages délicats, de certaines petites curiosités. Une valeur en réduction. Dans le Bescherelle de 1857, c'est la noblesse, celle d'un gentilhomme comme Lancelot, non pas du sang mais de l'âme, une aristocratie **.

Mal portée en un temps où on ne distingue plus barbarie et (s)cul(p)ture, où les gentils n'ont plus que le droit d'être niais, débiles, corrompus, un temps où il est temps d'être intempestif, unzeitgemäß.

Etre gentil quand la gentillesse s'impose, c'est à dire toujours, insolent quand l'insolence est utile, c'est à dire à chaque fois qu'en face la gentillesse fait défaut.


Vous croyez qu'il y a des choses qu'on fait et d'autres qu'on ne fait pas, c'est idiot ! Tenez, l'autre jour je vous ai embrassée. Il paraît que ça fait partie des choses qui ne se font pas mais puisque nous l'avons fait, c'est que ça se fait... et les choses qu'on a faites, pourquoi ne pas les refaire si ça nous a fait plaisir, si ça vous a fait plaisir.

Marcel Carné / Jacques Prévert, Drôle de drame, 1937


L'insolence, un art de déroger aux codes de la communication, à la signalétique du marais. Le silence peut être une forme discrète de l'insolence.


_ Lououou, j'aime bôôôcoup ce que vous faites, votre dernière chose sur Skating Lorie est gé-niâââle.

[elle n'est pas encore publiée]

[vient alors une pile d'ouvrages pour dames, Sing Sing in the plain, Chatting up Martine, Here's to you Nicolas and Son]

_ je n'ai pas apporté les vôôôtres, il pleuvait, voilà...

[signatures : Lou Lou Lou]

_ ... oooooh, mes amiiies vont être folles, coquin ! le jeudi nous avons un thé, à cinq heures, vous viendrez, si, si, pour vous on mettra un Beaujolais au frais et un pâté de tête --- oooooh ! qu'est-ce que vous me faites dire, je n'ai plus ma têêêêête...

[oh ! si, hélas ! ♪la faute à Badinter♫]


Parfois, l'urticaire en calque transparent s'efface sous la nausée opaque, la vase ancienne du marais.

Il est des indélicatesses qui n'écorchent pas seulement l'épiderme mais blessent l'âme.


Michel Onfray a été placé en pension dans son enfance et son adolescence, une pension religieuse - façon Choristes, sans la musique - trouvée dans un fonds archéologique d'un continent englouti (improbable en 1969...). Souffrance à vif qu'on retrouve dans tous ses propos, hantise du corps voilé, haine de la cornette.

Une mauvaise rencontre.



Le fond de l'Hère Onfray.

[lui, il a commis, avec la complicité de Raymond Hains, "Maître Kant erre" et, seul, "Kant attriste, c'est certain, les mélomanes le savent", alors...]


Et  JMD dans tout ça ?

Il est gentil, avec une pointe d'insolence et une plume intempestive.

Jean-Marie Dutey, alias Ananke, alias , alias...

Vers 1960, chaque jour à midi, Max Doucet, alias Zappy Max, sauvait le monde des cruels desseins de son irréductible ennemi, Kurt Von Schtrafenberg, alias Le Tonneau, un méchant sympathique. On verrait bien, par métonymie, un JMD, alias Le Tonneau, nouveau Diogène des quartiers, guidant les réchappés de la garde à vue à la lueur de sa lanterne.

Las ! Diogène n'a jamais eu un tonneau pour abri... c'est une invention de nos ancêtres les Gaulois, il ne connaissait que son πίθος, une jarre fichée dans la terre. Le Trèfle a peut-être son pithos, un refuge dont il sort, bon génie, dès qu'on l'appelle. Gentiment.

 

---

* Michel Onfray, Le Désir d'être un volcan, Grasset, 1996 - un désir que semble partager Le Trèfle, ici ou :)


**

Tous les gouvernements qui ont pour but l'utilité commune des citoyens, sont bons et conformes à la justice, dans le sens propre et absolu ; mais tous ceux qui ne tendent qu'à l'avantage particulier des hommes qui gouvernent, sont dans une fausse route ; ce ne sont que des corruptions ou des déviations des bons gouvernements. Car leur autorité est despotique au lieu que la cité ou société civile est une association d'hommes libres.
A présent donc que ces notions sont bien déterminées, il nous reste à examiner combien il y a de formes diverses de gouvernement et quelles elles sont ; et d'abord ceux qui sont bons, car quand nous les aurons définis, il sera facile de reconnaître quels sont les gouvernements qui n'en sont que des dérivations et des corruptions. Or, puisque les mots république et gouvernement signifient la même chose, puisque le gouvernement est l'activité suprême dans les États, et que nécessairement cette autorité suprême doit être dans les mains d'un seul, ou de plusieurs ou de la multitude, il s'ensuit que lorsqu'un seul, ou plusieurs, ou la multitude usent de l'autorité conformément à l'utilité commune, il faut nécessairement que ces gouvernants soient bons ; mais que ceux qui n'usent du pouvoir que dans l'intérêt d'un seul, ou de plusieurs ou de la multitude, sont des déviations de ces bons gouvernements. Car il faut que l'on convienne, ou que ceux qui en sont membres ne sont pas des citoyens, ou qu'ils doivent participer à l'avantage général.

Entre les monarchies on donne communément le nom de royauté à celle qui a pour but l'intérêt général. Le gouvernement d'un petit nombre d'hommes ou de plusieurs et non d'un seul, s'appelle aristocratie, soit parce que l'autorité est entre les mains des meilleurs gens de bien, soit parce qu'ils en usent pour le plus grand bien de l'État et de tous les membres de la société. Enfin, lorsque la multitude gouverne dans le sens de l'intérêt général, on donne à cette forme de gouvernement le nom de république, qui est commun à toutes les autres formes.

[...]

Les gouvernements qui sont des déviations ou des dégénérations de ceux que nous venons de nommer sont : par rapport à la royauté, la tyrannie ; par rapport à l'aristocratie, l'oligarchie ; et par rapport à la république, la démocratie. En effet la tyrannie est une monarchie gouvernée dans l'intérêt du monarque ; l'oligarchie est dirigée dans le seul intérêt des riches, et la démocratie dans le seul intérêt des pauvres ; mais aucun de ces gouvernements ne s'occupe de l'utilité ou de l'avantage de la société tout entière.

Aristote, La Politique, III, 6 - 7, trad. Thurot, Paris, 1881

 
 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 18:47

 

_ Conconnais, Conconnaises, vous êtes à l'aise ?



_ Aujourd'hui nous faisons halte en la bien nommée Saint Tintin de Concons, 300 âmes, 90 chasseurs, ville de lard et d'une histoire millénaire… mais notre cher public, foule immense,…

 


_ … nous attend !

 

 

_ Concons s'enorgueillit du portail en bois sculpté de son église, joyau de l'art roman, hélas ! volé en 1993 et reconstitué façon moderne la même année…




… Son Sentre d'Action Culturelle, sis au cœur de la cité, œuvre d'un architecte, est connu de la France entière et même jusqu'au hameau de Bandouille *…




… Fondé en 1960 par les Accadémiciens Conconnais,




sa composition trinitaire rassemblant l'espace loto, le pétard room et la buvette ne laisse aucun passant indifférent…

… L'Office régional de la Grande Médiathèque se niche dans un écrin de verdure entretenu avec une ferveur mystique par les Conconnaises âgées, infatigables lectrices de la collection complète de Nous Deux *…




… La traditionnelle Sale Défaite…




… proche de la rue commerçante animée tous les 29 février…




… sera bientôt l'obélisque de l'ACadémie des Cienses et des Arts en projet dont le site nous est présenté par Monsieur Hochon Père *…


 




… Père Hochon *, ce site est d'ors et des jades classé ?

_ Ben, dame, on a rasé eul'bocage, fallait ben, les vieux qui sont pus là, y z'avaient pus l'âge, on a gardé l'bois au fond pour y mett' des sangliers que c'est des bêtes y en a d'pus en pus alors on régule c'est con ces bêtes comme y viennent de l'élevage de Maudi-Tarsé * à côté t'as qu'à leur zappeler y croyent qu'on va leur donner et on les tire mais on régule on les a pas tous…

_ … et l'Académie…

_ ... doucement mon gars on y va ya eu des dommages qu'y disent dans la culture nous on a pus que des terres à primes c'est les belges qui paient…

_ … et…

_ … l'cacadémie alors tu t'imagines à gauche le salon lachopine genre clube à droite le stade zizou devant le park 4x4 avec deux trois places 2.0 pour les zandicapés et au fond l'bois pour les jeunes on n'est pas pour le latess et comme on dit quand le père dort la loi veille…

_ … merci Monsieur… Et maintenant, notre candidat, lauréat de l'ANPE, médaille RMI, et on l'applaudit !


 

Monsieur… vous jouez pour mille écus…

_ … Dedjiou !

_ Ecoutez bien la question * : chez les Papous, il y a les Papous papas et les Papous pas papas ; sachant que les Papous papas disent toujours la vérité alors que les Papous pas papas sont toujours menteurs, que faut-il demander à un Papou de rencontre pour savoir s'il est papa ou pas papa ? Hein ?!



Ahhh ! Monsieur… oui, c'était pourtant simple… l'émotion, mesdames et messieurs, l'émotion ! Nous nous reverrons dans un mois, dans un an, avant que le jour finisse ! Conconniennes, Conconniens, portez-vous bien !


---


* authentique


+++


La couverture à laquelle vous avez failli échapper








+++++

Remerciements

à Patrice Leconte, Gérard Jugnot, Jean Rochefort (un des premiers à s'être joint aux Don Quichotte)

à Philippe Geluck, inlassable et inconscient soutien de Libellus

à Le Trèfle écrivant / s'invitant chez Lou même si je ne sais pas où il habite (j’ai l’impression, hi hi, que je ne suis pas près de le savoir)

à Le Trèfle pour la question ultime


+++++++++


Aujourd'hui, 7306ème jour de la libération.
 

 

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 20:13

 

 





















The Beatles
, Apple Records n° 0382787

 



oh flew in from
Miami Beach BOAC

 

 

Le Tupolev - ou bien était-ce un Iliouchine ? – de la BOAC rugit comme un zeppelin bientôt en piste.


The Beatles, Back in the USSR, 1968, in The Beatles (double album blanc)

 

oh flew in from Miami Beach BOAC

didn't get to bed last night

on the way the paper bag was on my knee

man I had a dreadful flight

I'm back in the USSR

you don't know how lucky you are boys

back in the USSR

been away so long I hardly knew the place

gee it's good to be back home

leave it till tomorrow to unpack my case

Honey disconnect the phone

I'm back in the USSR

you don't know how lucky you are boys

back in the US back in the US back in the USSR

well the
Ukraine girls really knock me out

they leave the west behind

and Moscow girls make me sing and shout

that Georgia's always on my my my my my my my my my mind

oh come on

yeah I'm back in the USSR

you don't know how lucky you are boys

back in the USSR

 

well the Ukraine girls really knock me out

they leave the west behind

and Moscow girls make me sing and shout

that Georgia's always on my my my my my my my my my mind

oh show me round the snow peaked mountain way down south

take me to you daddy's farm

let me hear you balalaika's ringing out

come and keep your comrade warm

I'm back in the USSR

hey you don't know how lucky you are boys

back in the USSR

oh let me tell you Honey

[the definitive true lyrics as can be listened to]

 

Dans la nuit du 20 au 21 août 1968, les armées du Pacte de Varsovie, sans la Roumanie et l'Albanie, envahissent la Tchécoslovaquie après le débarquement d'unités parachutistes et terrestres, le 18 août, à Prague Ruzyně.

 


 

Le 22 août 1968, les Beatles enregistrent une chanson de Lennon / McCartney - selon l'éditeur, Back In The USSR aux studios d'Abbey Road. Le temps est à l'orage. Ringo ne se sentant pas une gueule d'atmosphère quitte le groupe pour la Sardaigne. Back in the USSR se fait sans lui. Paul tient la batterie (avec John et George), le chant et le piano, John, la guitare (et la basse), George, la basse. La force des trois se retrouve dans les chœurs et les claquements de mains auxquels s'ajoutent le bruit de l'avion, en clin d'œil anticipé aux hélicoptères de Karlheinz Stockhausen, déjà membre du Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band.

[le cinquième, en haut, en partant de la gauche]


Pamphlet anticommuniste ou prosoviétique ?

 


 

Non.

Les mousquetaires de Liverpool n'ont jamais été franchement marxistes-léninistes. Dans le Nouveau Monde alors en guerre contre le Việt Cộng, on a pu entendre un hommage mal venu à l'URSS, soutien du Front National pour la Libération du Sud Viêt Nam.

Non, il s'agit d'histoire et d'esthétique.

L'anecdote

Mike Love, The Beach Boys, aurait suggéré à Paul de faire une version soviétique de Back in the U.S.A.

Le remake se réfère à Chuck Berry et à California girls, avec une citation détournée de Hoagy Carmichael, Georgia on My Mind, 1930.
Ringo s'est évanoui, Paul is dead, le canular.

La question du THE

Dans l'interprétation récente de Paul (Kiev, 2008), le THE de Back in the USSR est presque toujours shinté. C'est
qu'il n'est pas naturel. On dit : Made in USA. Or else, Christmas time coming up : in Turkey, they don't touch the fat – c'est affaire de religion ; they don't touch the fat in the turkey – c'est affaire de goût.

La question du BACK

Back at ? in ? or to ?

I'm back at home = je suis revenu à la page d'accueil de mon navigateur.

He went to Miami Beach and then back to Ukraine = il est rentré après s'être en allé.

You back in = on entre à reculons.

Et encore… I'm backin' = I'm backing
USSR --- I'm betting on a loser ? Ce qui pose à nouveau la question du the.

Dans les paroles qui vont après la chanson, quelques éléments en couleur se rapportent à Chuck et aux Beach.

[en lien infra]

Et maintenant

 

Quatre garçons dans le vent, je crois le vent les a ôtés

 

Léo Ferré, Pauvre Rutebeuf (1955), int. Circa 1990

 

 

Joan Baez, Pauvre Rutebeuf, in album Farewell, Angelina, 1965

 


Paul McCartney, Back In The USSR, live in Kiev's Independence Square, 14/06/2008, from NOVY TV Channel

Ce n'est plus la même voix

John Lennon n'est plus à la guitare

 


Bon Jovi, Back In The USSR, live in Gl. Estrup Denmark 19/06/2008

C'est pénible à écouter, c'est étudié pour, le hype-phone n'a pas explosé à temps.

 

Christophe Maé devrait prochainement… Hoax or just (r)(h)umour ? Let it be…

Et tout ça revient bien à G.T., prince du rock art, et joueur ;)
 

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 00:05

 

 

 
Il m'arrive souvent de penser que mon chat est riche d'un passé qu'il me cachera, puis de feindre que je le crois. Qu'il sait nombre de choses importantes et secrètes…

 

Ils prennent en songeant les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin

Je veux imaginer, parfois, qu'il fréquenta les labyrinthes des Pyramides et ceux des rues de Paris en compagnie de Villon ou qu'il fut témoin faussement endormi de la conversation d'un penseur et d'un chef d'Etat du côté de Colombey-les-Deux-Eglises. Puis je veux croire qu'il s'est fait une vertu, comme certains après un vœu, de garder volontairement le silence, après avoir mesuré toute la vanité des mots et déduit qu'il y avait sagesse en acmé à pratiquer le savant art de se taire…

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

C'est pourquoi il faut savoir saisir sa chance lorsque notre regard peut rencontrer le sien : dieux et démiurges, seuls, doivent ainsi créer en regardant.

Elle s'appelle Maya, car mon chat est une chatte…

… le sommeil. Quand il viendra, je rêverai d'être chat, pour vivre un peu plus proche d'elle, un peu plus loin de ceux qui me font parfois regretter d'être un homme.

Michel Onfray, Eloge de mon chat in Le désir d'être un volcan, Grasset, 1996

 


Les chiens vivent en meute. Ils ont un maître. Domination / soumission. Troupeau.

Les chats ont un territoire. Hiérarchie de l'espace partagé. Non plus le pouvoir, la tendresse. Indépendants, parfois en couple. Huit ans, huit ans déjà, Bonde et Capsule ont amené leur portée âgée de deux mois. Ils sont restés à la maison trois mois encore en prenant peu à peu leur distance. Bouchon, première nommée, première dame aux voluptueux atours, ne règne pas. Elle est aimable, on l'aime, pas de bagarre. Tchan et Cheng forment un joli couple, ils dorment entrelacés, simplement Tchan vient dès le petit déjeuner, Cheng reste un peu plus longtemps au nid. Coton est mélancolique, inquiète, affamée d'amour. Elle crache sur tout autre chat fors sa mère, Bouchon. Kriss a renoncé aux vains honneurs de la cimaise pour le plaisir de la couette. Matt est fugitive, encore en deuil, depuis le temps. Quand son frère Chess est mort sur la route… Chess était le philosophe… l'enterrement s'est fait en secret. Elle a passé trois jours couchée sur la sépulture. Après Chess, il y a eu Lou, victime du même. Et Bamboo… il s'éclipse… peut-être comme Lin s'escapade de temps en temps de son sweet home tout proche pour partager les croquettes des copains d'à côté.

 

 

 

Océane dit Charles Baudelaire

 

Dans ma cervelle se promène,
Ainsi qu'en son appartement,
Un beau chat, fort doux et charmant.
Quand il miaule, on l'entend à peine,

 

Tant son timbre est tendre et discret ;
Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C'est là son charme et son secret.

 

Cette voix qui perle et qui filtre,
Dans mon fonds le plus ténébreux,
Me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

 

Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases ;
Pour dire les plus longues phrases,
Elle n'a plus besoin de mots.

 

Non, il n'est pas d'archet qui morde
Sur mon coeur, parfait instrument,
Et fasse plus royalement
Chanter sa plus vibrante corde,

 

Que ta voix, chat mystérieux,
Chat séraphique, chat étrange,
En qui tout est, comme en un ange,
Aussi subtil qu'harmonieux !

 

[De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
Caressé une fois, rien qu'une.

 

C'est l'esprit familier du lieu ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu ?

 

Quand mes yeux vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement
Et que je regarde en moi-même,

 

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.
]

 

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen et idéal, XLVII. Le Chat

 

Les amoureux fervents et les savants austères
Aiment également, dans leur mûre saison,
Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,
Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.

 

Amis de la science et de la volupté
Ils cherchent le silence et l'horreur des ténèbres ;
L'Erèbe les eût pris pour ses coursiers funèbres,
S'ils pouvaient au servage incliner leur fierté.

 

Ils prennent en songeant les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin ;

 

Leurs reins féconds sont plein d'étincelles magiques,
Et des parcelles d'or, ainsi qu'un sable fin,
Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen et idéal, LVI. Les Chats

 

Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.

 

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s'enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

 

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête,
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

 

Et, des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum,
Nagent autour de son corps brun.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen et idéal, XXXIII. Le Chat

  

 

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 08:58

 
Claude Nougaro, Cécile ma fille (1963), in Nougaro au Théâtre des Champs-Elysées, 2001

 

 

Dom Juan : Il n'y a plus de honte maintenant à cela : l'hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus. Le personnage d'homme de bien est le meilleur de tous les personnages qu'on puisse jouer aujourd'hui, et la profession d'hypocrite a de merveilleux avantages. C'est un art de qui l'imposture est toujours respectée ; et quoi qu'on la découvre, on n'ose rien dire contre elle. Tous les autres vices des hommes sont exposés à la censure, et chacun a la liberté de les attaquer hautement ; mais l'hypocrisie est un vice privilégié, qui, de sa main, ferme la bouche à tout le monde, et jouit en repos d'une impunité souveraine. On lie, à force de grimaces, une société étroite avec tous les gens du parti. Qui en choque un se les jette tous sur les bras * ; et ceux que l'on sait même agir de bonne foi là-dessus, et que chacun connaît pour être véritablement touchés, ceux-là, dis-je, sont toujours les dupes des autres ; ils donnent hautement dans le panneau des grimaciers et appuient aveuglément les signes de leurs actions.

Molière, Dom Juan, V, 2

 

* Se faire des amis est une affaire de commerçant, se faire des ennemis est un luxe de poète (petite phrase attribuée à Henry de Montherlant). Dom Juan est un poète malgré lui.

 

L'innocent victimaire tondu

[sur Mulholland Drive]


L'affaire Polanski
fait penser au procès Oscar Wilde du très puritain XIXe siècle victorien. Avec, de la part des juges américains, le même acharnement et une identique partialité que les magistrats anglais.

Car c’est le 11 mars 1977, déjà, que Polanski a été arrêté, une première fois, par la police de Los Angeles, cité des stars et autres anges, fussent-ils parfois, comme en ce douloureux cas, déchus. Son crime ? Attentat à la pudeur, viol et détournement de mineure. Il est soupçonné d’avoir abusé sexuellement de Samantha Geimer, jeune mannequin alors âgée de 13 ans, qu’il aurait saoulée et droguée au cours d’une séance photo pour le magazine "Vogue". Le délit aurait eu lieu la veille, dans la luxueuse propriété d’un autre géant du cinéma hollywoodien, l’acteur Jack Nicholson, absent ce jour-là, sur Mulholland Drive. Ce sont les péripéties judiciaires qui s’ensuivront, mais surtout les graves et constants abus de pouvoir du juge américain alors en charge de cet épineux dossier, qui pousseront Polanski à fuir un an après, le 1er avril 1978, à la veille de son procès, les Etats-Unis, pays d’adoption du réalisateur franco-polonais, pour s’exiler, ensuite, à Paris.

[…]

ce dernier, bien qu’il ait admis le caractère illicite de ladite relation sexuelle, a toujours nié le viol

[…]

sa victime, Samantha Geimer, a, elle, retiré depuis bien longtemps - confortée en cela par un très louable sens du pardon tout autant que de la charité chrétienne - sa plainte !

Quand Samantha Geimer, 13 ans, porte plainte contre Polanski, en mars 1977, il est déjà un réalisateur célèbre

[…]

"Je ne souhaite pas que Polanski, qui n'a pas été traité avec justice, subisse de nouveaux châtiments."

La victime, qui serait bénéficiaire d'un accord financier avec la partie adverse dont le montant demeure secret, fait référence à des révélations survenues a posteriori sur l'enquête elle-même. Notamment la collusion entre magistrat et procureur, qui laisse entrevoir l'hypothèse d'un procès sinon à charge, en tous cas inéquitable.

[on souligne…

… et Manon ?


avec l'aimable, on l'espère, autorisation de Ouest-France à qui on se plaît de faire une aimable publicité


Dimanche, en Chine, face à 70 autres candidates, Manon Piéto participera au concours mondial de mannequins Élite. Le rêve de la lycéenne de Saint-Brieuc ? Devenir l'égérie d'un couturier. Et éviter les pièges de ce métier-paillettes.

Elle enfile cette paire d'escarpins achetée le matin même à Saint-Brieuc. Et sur la moquette moelleuse de sa chambre d'ado, montre comment se déhancher sur un podium. « Les jambes se croisent, l'expression est neutre et surtout les bras sont ballants. » Manon Piéto, 16 ans, a déjà intégré les codes de son éventuel futur job : top-modèle international.

Celle que ses parents destinaient à une école de commerce a changé de cap. C'était en 2008, à La Baule. Ce jour-là, elle participe à un casting régional de l'agence de mannequins Élite. « Je voulais connaître cet univers et prendre un peu confiance en moi. »

La lycéenne est vite repérée. Par sa taille surtout. À 15 ans, elle mesurait déjà 1,83 m. Sa silhouette élancée (elle pèse 56 kg), son teint de lait, son regard clair attirent les flashes. « Elle était d'une beauté évidente, mais il lui fallait mûrir. Elle marchait en regardant ses pieds, portait un appareil dentaire et rougissait beaucoup », se souvient Victoria Da Silva, directrice de l'agence Élite.

En une année, l'adolescente s'est métamorphosée. Bien qu'elle ait encore grandi de deux centimètres : elle assume désormais son 1,85 m. « C'est difficile à porter dans une cour de lycée, mais pas dans le milieu du mannequinat. »]

 

L'innocent souffrant cultivé

[พัฒน์พงษ์, un quartier]


Il a fermé les yeux, je ne sais pas ce que sont ces traces humides sous ses paupières, les légers cernes, au creux des tempes un peu de sueur peut-être ou des larmes de fatigue, ça existe sûrement les larmes de fatigue.

Frédéric Mitterrand, La Mauvaise Vie, Robert Laffont, 2005

 

L'innocent innocent innocent

[dans un jardin d'enfant à Frankfurt am Main]


Il m'était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : "Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m'avez-vous choisi, moi, et pas d'autres gosses ?" Mais s'ils insistaient, je les caressais quand même.

Daniel Cohn-Bendit, Le Grand Bazar, Belfond, 1975

 

Henry de Montherlant a quitté la table… Gabriel Matzneff… bienvenue ! avec le fantôme de Neverland Ranch, on a une quinte flush princière.



 

Jacques Higelin, Alertez les bébés, 1976
 

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 14:59

 

 

Nino Ferrer, Le Sud (1974), in Concert chez Harry, 1995

 

Quoi qu'a dit ? - A dit rin.
Quoi qu'a fait ? - A fait rin.
A quoi qu'a pense ? - A pense à rin.

Pourquoi qu'a dit rin ?
Pourquoi qu'a fait rin ?
Pourquoi qu'a pense à rin ?

- A' xiste pas.

Jean Tardieu, La môme néant, in Monsieur Monsieur, 1951


A reva ?

- A cauchemara.


Le réchauffement climatique, l'énergie propre, l'atome pacifique. Poubelle, déchets. On dirait la Hague, le temps dure son temps et la vie du plutonium sûrement plus d'un million d'années, c'est pas toujours l'été.


Le Sud
, 1974. L'arrivée de l'accordéoniste sans nom (un joli nom d'emprunt, aurait dit De Gaulle), le tout nucléaire. Comment s'en débarrasser ?


Laure Noualhat et Eric Guéret, Déchets, le cauchemar du nucléaire, 2009.

Une croisière sur le Becquerel, de la rivière Columbia (Hanford, l'endroit le plus contaminé du monde occidental, la source d'Hiroshima et de Nagasaki) à la Sibérie en passant par Mayak (ville secrète de l'Oural, après l'explosion d'une cuve de déchets en 1957) et La Hague.

Délirant, conclut Hubert Reeves.


A voir sur ARTE+7, encore quelques jours, ou en DVD.

Un commentaire ? L'ignorance crasse des candidats Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy au cours de leur ultime rencontre avant l'urne ? C'est dans le film. Un exposé très simple sur le fonctionnement des centrales nucléaires ? C'est dans le film (pour avant et pendantaprès, même le directeur d'Areva ne trouve pas les mots).


Confiance !

Le Directeur du CEA le dit.


Ceux qui ont un peu étudié l'histoire avant notre histoire savent qu'il ne manque pas seulement un chaînon, il y a des tunnels de silence de milliers d'années, dans les siècles…


Dérivance.


La descente invitée de Roman Polanski. L'ascension médiatique de Jean (qu'il est joli garçon, l'élu à son papa – c'est de, presque, Georges Fourest). Le soleil est au vert, on passe [en version intégrale].

 


Hubert Félix Thiéfaine, Alligator 427, in album Autorisation de délirer, 1979


Avec la complicité de Monsieur Kiki.


Et une œuvre presque inédite de Lou, ici dévoilée.



 

Alice Cooper, Nuclear Infected, Live, 1980.

I'm nuclear infected
I really don't mind
I just go out when the sun goes down
And have a real good time.

Thanks to Grisé

- his version :

I'm nuclear infamished

I need something to eat
A China Syndrome salad

with plutonium&cheese.

Avec les images

Avec le texte

 

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 11:56

 

>>>

23 février 2010

Les nervis de M. Besson ont désactivé la vidéo de la honte – presque partout.

Nous la restaurons grâce à une sauvegarde de précaution et avec un lecteur indépendant.

Seule solution, M. Besson – non ! pas comme au temps de votre maître à penser, Jean Royer, où de mauvaises langues, et que me faites-vous dire là ?, disaient Seule solution, la masturbation – seule solution : effacer Libellus. On verra alors ce qu’est la monotonie, un seul ton, en polyphonie.

<<<


[la partition est due à des normes techniques overbloguiennes]

 

 

Part one

 

Part two

Action discrète, La Jungle de Calais, 3 octobre 2009

Lien

Source


Si les liens étaient brisés, pour des raisons strictement techniques, cela va sans dire, nous ne vous abandonnerons pas sur la route.
 

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 05:00



La tragédie d'Antoigné


Quand le panneau a du plomb dans l'aile, le chasseur en a un coup,




deux coups,




trois coups…



Ils étaient trois petits enfants qui s'en allaient glaner aux champs...
























Partager cet article

Repost0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 09:46

 
Diam's n'aurait pas l'intention d'arrêter sa carrière contrairement à ce que laissent entendre de nombreuses
rumeurs

Déçus ? oui, on y avait cru :/

Son nouvel album, SOS, est annoncé pour le 16 novembre.

 

Diam's est née Mélanie Georgiades à Nicosie, le 25 juillet 1980, dans une famille aisée, mère française, père chypriote. Quatre ans plus tard, elle vient en France avec sa mère… Elle étudie un temps à Igny, dans le collège privé Saint-Nicolas. Ensuite, Massy, puis Les Ulis, où elle rencontre Sinik. Elle découvre le rap avec NTM, Je rap (1990) et Dr. Dre, The Chronic (1992).

Elle invite Monsieur R, notamment, à son Premier Mandat (1999).

Quand mon album Premier Mandat est sorti, je finissais ma première. J'ai arrêté juste avant le bac.
L'univers de Diam's : Confessions intimes ,
L'Express, 31 août 2006.


En 1999, elle a 19 ans.

Mieux vaut sauter du train avant qu'il ne déraille.

(La Fontaine, Fables inédites)


Monsieur R
, pour ceux qui n'ont pas la fibre lyrique, c'est le comique belge (seulement de naissance et sans l'accent, une fois) qui étale des blondes, des brunes et des ambrées siliconées sur un capot – en un mot, un artiste.


Monsieur R, FranSSe, 2005, Sony BMG Music, un label indépendant

[la vidéo est capricieuse]


En 2004, Mélanie / Diam's, auteur-compositeur-interprète lance un pavé à Marine Le Pen, Marine.

[on ne peut pas confondre avec la pièce homonyme d'Arthur Rimbaud]

[[[infra, le texte authentique, parfois mal reproduit ailleurs]]]

 

Marine,
Tu sais ce soir ça va mal,
J'ai trop de choses sur le cœur
Donc il faudrait que l'on parle,
Marine,
Si je m'adresse à toi ce soir
C'est que t'y es pour quelque chose,
T'as tout fait pour qu'ça foire.
Marine
Dans le pays de Marianne,
Y a l'amour,
Y a la guerre,
Mais aussi
le mariage.
Marine
Pourquoi tu perpétues les traditions ?
Sais-tu qu'on s'ra des millions à payer l'addition ?
Ma haine est immense,
En ce soir de décembre.
Quand je pense à tout ces gens que tu rassembles.
Tu sais,
Moi j'suis comme toi,
J'veux qu'on m'écoute.
Et tout comme toi,
J'aimerais que les jeunes se serrent les coudes.
Marine
T'as un prénom si tendre,
Un vrai prénom d'ange,
Mais dis moi c'qui te prend.
Marine
On ne sera jamais amies
Parce que ma mère est française
Mais qu'je ne suis pas née ici.
Marine
Regarde-nous,
On est beau.
On vient des 4 coins du monde
Mais pour toi on est trop.
Ma haine est immense quand je pense à ton père.
Il prône la guerre quand nous voulons la paix.
 
[Refrain]
Donc j'emmerde j'emmerde j'emmerde,
J'emmerde qui ?
Le Front National
Moi j'emmerde j'emmerde j'emmerde,
J'emmerde qui ?
Le Front National
Moi j'emmerde j'emmerde j'emmerde,

J'emmerde qui ?
Le Front National
 
Marine,
Tu es victime des pensées de ton géniteur.
Génération 80
on a r'trouvé notre fureur.
Marine
T'avais l'honneur d'être proche de
l'ennemi,
D'installer un climat paisible dans nos vies.
Mais Marine
T'es forcément intelligente.
T'as pas songé à tous ces gens que t'engraines dans l'urgence,
Marine
T'es mon aînée et pourtant
je ne te respecte pas,
Il m'a fallu faire ce choix.
Marine
Tu pouvais briser la chaîne,
Prendre la parole et nous rendre nos rêves.
Mais Marine
T'as fait la même connerie que lui
Penser que le blanc ne se mélange pas à autrui.
Marine
On ne s'ra jamais copines parce que je suis une métisse
Et que je traîne avec Ali.
Marine
Plus
j'te déteste, mieux je vais.
Et plus je proteste et moins nous payons les frais.
 
[Refrain]
 
Marine
Tu crois vraiment que t'es dans le vrai ?
Que t'as su saisir ta chance,
Et que ton avenir est tracé.
Marine
Je ne suis pas de ceux qui prônent la haine,
Plutôt de ceux qui votent et qui espèrent que ça s'arrête.
T'as fais couler le navire Marine,
J'ai peur du suicide collectif des amoureux en couleur.
Marine
Pourquoi es-tu si pâle ?
Viens faire un tour chez nous c'est coloré, c'est jovial.
Marine
J'aimerais tellement que tu m'entendes,
Je veux bien être un exemple quand
il s'agit de vous descendre.
Marine
Tu t'appelles Le Pen,
N'oublie jamais que tu es le problème
D'une jeunesse qui saigne.
Viens, viens,
Allons éteindre la flamme,
Ne sois pas de ces fous qui défendent le diable.
Marine
J'ai peur que dans quelque temps tu y arrives
Et que nous devions tous foutre le camp

 

 

Mélanie dans le texte

Ecoutons le message de paix et d'amour -


Je ne suis pas de ceux qui prônent la haine

Embrassons-nous, embrasons-nous, Damien Saez l'a chanté. Il chante, lui.

Ma haine est immense
je ne te respecte pas

j'te déteste

On ne sera jamais amies
On ne s'ra jamais copines

[on ne peut pas confondre avec Philippe Léotard, t'es plus ma copine…]

il s'agit de vous descendre

Là, on était au bord du gouffre, dos à l'abîme et la paix vient de faire un grand pas en arrière.

Résultat de l'émeute : match nul, hasch = 1 – haine = 1.


Ne rappons pas, par principe de précaution, que l
a "tradition" française n'est plus au mariage forcé qui se pratique encore bien dans la diversité religieuse que la croqueuse vient de rejoindre (d'après Gala) -


le mariage

Pourquoi tu perpétues les traditions ?


Pinçons-nous le nez aux jeux de mots, jus de veaux – la poésie des chiottes -


Donc j'emmerde j'emmerde j'emmerde

T'as fais couler le navire Marine

on a r'trouvé notre fureur


Communiquons -


Donc il faudrait que l'on parle
,

Réponse de la mal-aimée :

A la lecture des paroles de cette "ballade", je ne comprends pas

Pour conclure, je ne peux m'empêcher de vous proposer un véritable débat. Un débat sur l'immigration d'abord, sans préjugés, sans tabou, sans "balades".


Pas encore de réponse de la prôneuse d'amour actuellement indisponible -

 


Mélanie  en musique

Là, on passe, c'est du rap, c'est pas de la musique avant toute chose.

[trop connu pour qu'on vous fasse l'affront de la référence]

 


Mélanie  sur scène


 

Sur scène, c'est du lourd.
Pourquoi affecter, tcheu ! l'accent beurré des djeunes de banlieue ? Avec une paillette de Diam's, on mettrait toute une barre à fumer au moins cent cinquante ans.

Misogynie à part (aurait dit Georges Brassens), elle s'emmerde et nous…

 

Ah oui ! les coms ?

Sur YouTube,

on peut lire

woyO95 (il y a 3 jours)

Pour moi le mieux est encore de les aidés dans le pays plutôt que faire les cons a essayé de Pas les faire rentrer dans Ce pays .
Au lieu de penser a l'heure putain de pétrole .

missmarseille1 (il y a 6 jours)

moi jsuis derriere tt les etranger et jsuis francaise mais jadore les melange

roukesss (il y a 2 semaines)

chez moi les ALSACIENNE avait tous des grand chapeau a lepoque maintenant i son tous des FOULARD vive le pen et l'alsace

MsNico9687 (il y a 1 semaine)

et moi jee baisse les raciste chacun a c religion et on est tous des hetre humains

Dilon7 (il y a 3 semaines) 

J'aime bien ces personnes qui disent être d'origine ceci ou d'origine cela...c'est bien...et alors? Il est inscrit en gros caractères et bien en rouge, vous savez, le truc bien visible, "VIVE LES BLANCS RENVOYEZ LES AUTRES DANS LEURS PAYS" dans le programme du FN peut-être? Non...et pourtant des niais continuent, continuent et continuent de nous sortir la carte du FN raciste, du FN antisémite ou que sais-je encore comme autre profonde débilité crée pour cracher sur le FN. Pauvre France...

lydia348 (il y a 1 mois)

Je suis Algerienne Musulmane. Et heuresement que Les gens "colorées" sont la juste un truc:
Qui sont les chanteurs de France?
Diams,Soprano,Sherifa luna,Shy'm,La fouine,Sefyu,Kenza farah,Singuila,Medhy custos Et encore plein d'autres
Mais tout Ces chanteurs/chanteuse
Sont soit Arabes noirs C'est vraix il existe Des chanteurs français blanc Mais qui les écoute vraiment --'
Moi personellement je n'ai que 12 ans et quand je vois des gens de 30 ans qui resonne comme sa je me dis ba punese.

lydia348 (il y a 1 mois)

LoOl Moi personellement j'aimeCETTE CHANSON Mais je trouve normale que certaine personne n'aime pas puisque qu'il supporte le pen mais écouté moi bien Sans Les gens "colorées" Il n'y aurais pas d'ambiance! En cours, Dans la vie Ou en vacances !Franchement on est née en France On vie en France On parle Français Mais Le seule Problemes pour Eux C'est Quon a pas la meme religion ou Pas la meme couleur de peau, mais écoutez moi je n'ai pas de compte a rendre envers vous.

Vordross (il y a 1 mois)

que de propos injurieux, mon dieu, que cette imbécile ai une vision des choses différentes de moi passe encore, mais rien ne la dispense de bien se conduire et d'exprimer ses points de vue de manière acceptable. cela fai un moment que j'ai décidé de voter FN au prochaines présidentielles, et tu m'as conforté dans mon idée diam's. de plus, marine le pen a eu le courage de répondre et de proposer une rencontre avec diam's qui continue a se cacher derrière ses mauvaises chansons.

 

On notera l'hetre humains, on avait le roseau pensant, bienvenue aux arborigènes !

Ici, les fantaisies orthographiques ne sont pas de mise mais on peut mettre un commentaire LOL.

Avec plaisir.

 

Diam's, nullitude ou imposture ?

Both (prononcer : beauf N)…

 

Partager cet article

Repost0

 


 
Handicap International

un clic sur les images