Lou

  • : Libellus
  • Libellus
  • : Un bloc-notes sur la toile. * Lou, fils naturel de Cléo, est né le 21 mai 2002 († 30 avril 2004).

Recherche

l'heure à Lushan

France + 7 heures

 

Archives

pour mémoire

Survival

 

Uncontacted tribes

 

Un lien en un clic sur les images.

23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 00:01

 

 Ludwig van Beethoven, Missa solemnis Herreweghe 357

Ludwig van Beethoven, Missa solemnis, int. Collegium Vocale Gent, Orchestre des Champs-Élysées, dir. Philippe Herreweghe, PHI, 2012

 

 

Ludwig van Beethoven, Missa solemnis, Gloria

 

Le projet de cette messe est né en 1819 lorsque Beethoven apprit que Johann Joseph Rudolf Rainier, archiduc d'Autriche, frère de l'empereur Franz, venait d'être nommé cardinal et allait devenir archevêque d'Olmütz, la capitale historique de la Moravie.

Rudolf était musicien, élève du compositeur, son ami durant près de vingt ans, son mécène.

Beethoven voulut écrire une messe pour son intronisation, en 1820.

L’œuvre ne fut achevée et présentée comme oratorio, selon le vœu de l'auteur, qu'en 1824.

Une aussi longue genèse est due aux difficultés personnelles du compositeur pendant cette période où il connut deuil et tracasseries dans sa famille, après une déception sentimentale, et aux difficultés techniques : sa messe précédente avait déplu lors de sa présentation, celle-ci devait être parfaite ; il souffrait déjà de surdité : en témoignent ses carnets de conversations destinés à communiquer avec ses interlocuteurs ; il écrivait en même temps des œuvres majeures, notamment sa 9e symphonie.

La composition est pourtant d'une incroyable cohérence.

 

Une œuvre complexe, souvent interprétée avec lourdeur, et que Philippe Herreweghe offre d'une manière déliée, fervente, grisante, avec les excellents chanteurs et musiciens du Collegium Vocale Gent et de l'Orchestre des Champs-Élysées.

 

Laissez-vous enivrer pour la veillée de Noël !

 

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 00:01

 

 Brigitte Claudon, Améthyste

Brigitte Claudon, Améthyste, 2012

 

 Brigitte Claudon

 

 

 

Brigitte Claudon, Psaume, Améthyste, int. Louis Merlet (alto), Laura Revil (harpe), Brigitte Claudon (flûte)

 

Améthyste est une composition alchimique de Brigitte Claudon : au gré de son chemin, elle ramasse de petits cailloux convertis par la magie du creuset en pierres précieuses.

Améthyste, Opale (pour violon et piano, int. Louis Merlet, Olivier Kiraly), Émeraude...

 

Une collection joyeuse, mélancolique, dansante, méditative, empreinte de spiritualité.

 

En l'avent, pour la naissance de l'enfant, Améthyste nous rappelle les recherches d'Olivier Messiaen.

 

L'œuvre de Brigitte Claudon est rare, vous pouvez l'acquérir auprès de l'auteur en échange de quelques biscuits, quelques chocolats.

 

Voir également son site sérieux !

 

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 00:01

 

Françoise Hardy, L'Amour fou album

Françoise Hardy, L’Amour fou, Virgin/EMI, 2012

 

 Françoise Hardy

Les yeux sur le cœur, elle est charmante.

 

 

 

Françoise Hardy / Calogero, Pourquoi vous ?

 

Une valse d'amour.

 

J'ignore si ce que j'aime en vous

C'est vous

Mes idées deviennent floues

Je suis à bout

Pourquoi vous ?

 

Et ce vertige qui me prend tout

A coup

Il me viendrait d'où :

De moi ou

De vous ?

 

Je me sens vraiment en dessous

De tout

Je ne tiens plus bien debout :

Sans doute un coup

De grisou ?

 

Inutile de me mettre en joue

J'avoue

Comme un ariière goût

D'amour fou

Tabou...

 

N'essayez pas de m'arracher

La moindre bribe du moindre regret *

Lever le voile pourrait gâcher

Tout ce qui nous lie de loin ou de près.

 

Je ne viendrai jamais à bout

Du flou

Qui brouille mes vues sur vous

Mais si j'échoue

On s'en fout...

 

Se peut-il qu'il y ait l'un de nous

Qui joue

A tendre l'autre joue ?

Si c'est vous

J'absous.

 

Vous resterez au grand jamais

Le plus brûlant de tous mes secrets

Nous resterons au grand jamais

Loin l'un de l'autre et pourtant tell(e)ment près...

 

* La leçon du livret est secret.

 

La voix est plus belle que jamais, un chant d'amour fou, lancinant comme le piano de Dominique Spagnolo, mélancolique comme les cordes tenues (ténues) sous la direction de Dzjian Emin.

 

Un testament, le témoignage d'une vie.

 

Rendez-vous plus tard dans une autre vie

Ailleurs ou ici

Pour nous aimer mieux et plus qu'aujourd'hui

Ce n'est qu'un sursis...

 

En même temps, Françoise Hardy publie un premier roman.

 

Françoise Hardy, L'Amour fou roman

Françoise Hardy, L'Amour fou, Albin Michel, 2012

 

Un roman en miroir du chant.

L'histoire d'une jeune femme dans les flammes de l'amour, dans les cendres d'où renaît le feu de la passion pour un amant absolu, absconditus, X. dans la narration : X. disparaissait aussi facilement, aussi discrètement, qu'il apparaissait.

 

Deuils, résurrections, la construction du récit rappelle Finnegans Wake. 

 

Une écriture musicale.

 

Premières notes.

 

C'était comme si sa route, assez linéaire jusque-là, se transformait en impasse. Elle ne pouvait plus avancer et il n'était, hélas, pas question de revenir en arrière. Comme si son passé, son présent et ses anticipations se brisaient soudain contre un mur aussi imprévu qu'incontournable.

 

Coda.

 

L'autre jour, tu m'as attirée doucement contre toi... C'était si simple, si beau, si plein... Mais je suis de celles qui croient qu'il n'y a pas d'amour heureux, alors, forcément, tu es de ceux qui fuient le bonheur de peur qu'il ne se sauve... Ne te sauve ? Dès le lendemain, je me briserais à nouveau contre le mur que tu te serais empressé de rétablir entre nous...

 

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 00:01

  

Quatuor A la not', Mondigny, 2012

 

A la not est un quatuor se consacrant au chant polyphonique, sous la baguette de Carole Uva (une fée). Le groupe est composé de deux basses et deux ténors.

 

 

A la not♪, Dio vi salvi Regina, hymne corse, Lalobbe, juillet 2012

 

 

Taizé, Benedictus Dominus Deus, Cantique de Zacharie

 

Benedictus Dóminus, Deus Israël,

Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël

quia visitávit et redémit pópulum suum,

qui visite et rachète son peuple.

Et eréxit cornu salútis nobis

Il a fait surgir la force qui nous sauve

in domo David servi sui,

dans la maison de David, son serviteur,

Sicut locutus est per os sanctorum,

comme il l'avait dit par la bouche des saints,

qui olim fuérunt, prophetarum suorum :

par ses prophètes, depuis les temps anciens :

Ut liberaret nos ab inimicis nostris,

salut qui nous arrache à l'ennemi,

et e manu omnium qui odérunt nos,

à la main de tous nos oppresseurs,

Ut faceret misericordiam cum patribus nostris,

amour qu'il montre envers nos pères,

et recordarétur foederis sui sancti :

en mémoire de son alliance sainte,

Iurisiurandi, quod iuravit Abrahae, patri nostro,* daturum se nobis,

serment juré à notre père Abraham,

Ut sine timore, e manu inimicorum nostrorum liberati,

de nous rendre sans crainte, afin que délivrés de la main des ennemis

serviamus illi, in sanctitate et iustitia coram ipso

nous le servions, dans la justice et la sainteté

omnibus diébus nostris.

en sa présence, pour toute notre vie.

Et tu, puer, prophéta Altissimi vocaberis :

Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut :

praeibis enim ante faciem Domini ad parandas vias eius,

tu marcheras devant et selon le Seigneur, et tu prépareras ses chemins

Ad dandam populo eius scientiam salutis

tu feras connaître le salut à son peuple

in remissione peccatorum eorum,

par l'effacement de ses fautes,

Per viscera misericordiae Dei nostri,

grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,

qua vistabit nos Oriens ex alto,

quand nous visite l'astre d'en haut,

Ut illuminet eos, qui in ténebris et in umbra mortis sedent,

pour illuminer ceux qui habitent l'obscurité et l'ombre de la mort,

ut dirigat pedes nostros in viam pacis.

pour remettre nos pas dans le chemin de la paix.

 

 

Taizé, Gloria, messe, 9 septembre 2012

 

Gloria in excelsis Deo
Et in terra pax hominibus bonae voluntatis.
Laudamus te. Benedicimus te. Adoramus te.
Glorificamus te. Gratias agimus tibi
propter magnam gloriam tuam,
Domine Deus, Rex caelestis,
Deus Pater omnipotens.
Domine Fili unigenite, Jesu Christe.
Domine Deus, Agnus Dei, Filius Patris,
qui tollis peccata mundi, miserere nobis.
qui tollis peccata mundi, suscipe deprecationem nostram ;
qui sedes ad dexteram Patris, miserere nobis.
Quoniam tu solus Sanctus,
tu solus Dominus,
tu solus Altissimus, Jesu Christe.
Cum Sancto Spiritu :
in gloria Dei Patris. Amen.

Que la joie soit en vous !

 

*

 

Remerciements.

 

A la not

Communauté de Taizé

 

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 00:01

 

Damien Saez, Messina

Damien Saez, Messina, paroles, musique, composition orchestre, interprétation, mix et graphisme : Damien Saez, Cinq7, 2012

 

Damien Saez pour Messina

 

Messina, un triptyque, est un hymne à la rage, au combat, à l'amour.

 

Damien Saez, Embrasons, Embrassons-nous, Victoires de la musique, 2009

 

Finance, consommation, démocratie sans âme.

 

Marie, une prière, s'adresse aux statues auxquelles [il n'a] jamais cru et peut-être en même temps à Marie qui n'est plus, au moment de quitter Bertrand Cantat, sa voix et les attaques fiévreuses de Noir Désir.

 

Marie est une chanson pas gaie pour Jacques Brel, Léo Ferré, Jacques Demy, l'accent, les mots, l'orchestre.

 

 

Damien Saez, Messina, Marie

 

Désespérés, échoués, maudits, pourris, paumés.

 

Un jour le peuple se lèvera.

 

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 00:01

 

Bartók, Eötvös, Ligeti

Bartók / Eötvös / Ligeti, 'naïve', 2012

 

Les trois compositeurs réunis dans cet album ont en commun le souffle du Prince des Ténèbres, bien connu dans les Carpates.

 

Le concerto de Béla Bartók est hanté de hululements nocturnes, de grincements, de chants désespérés scandés de déchirures éclatantes. Bien des solistes ont renoncé. Patricia Kopatchinskaja nous l'offre en caressant les cordes, en les pinçant parfois, en libérant leur feulement sauvage.

 

 

Béla Bartók, Concerto pour violon n°2, 1938, int. Patricia Kopatchinskaja, Orchestre symphonique de la Radio de Francfort, dir. Peter Eötvös – 1er mouvement, fin, incluant la cadence

 

Peter Eötvös a écrit Seven en mémoire des sept cosmonautes morts en 2003 dans la navette spatiale Columbia. Un concerto en miettes dont ne restent que les cadences brisées.

 

 

Peter Eötvös, Seven, 2006, int. Patricia Kopatchinskaja, Orchestre symphonique de la Radio de Francfort, dir. Peter Eötvös – 5e mouvement, extrait

 

Le concerto de György Ligeti, dans sa version définitive de 1992, évoque la folie du monde en discordances rageuses proches de celles qu'on peut lire dans le Jardin des Délices de Jérôme Bosch.

 

 

György Ligeti, Concerto pour violon, 1992, cadence Patricia Kopatchinskaja, int. Patricia Kopatchinskaja, Ensemble Modern, dir. Peter Eötvös – 5e mouvement, extrait

 

 

Le langage est partie intégrante de la musique chez György Ligeti : Patricia Kopatchinskaja parle, babille, discute, elle séduit.

 

 

Patricia Kopatchinskaja

Patricia Kopatchinskaja

 

De jolis pieds et le sourire mutin, elle est charmante.

Patricia Kopatchinskaja est née en Moldavie dans une famille de musiciens. Elle vient régulièrement en concert avec les meilleurs orchestres et les meilleurs chefs. La musique de chambre est son jardin privé. Tous ses enregistrements sont édités par 'naïve'. Son violon est un Giovanni Francesco Pressenda de 1834.

 

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 00:01

 

Je suis la Guerre civile, je suis la bonne guerre, écrivait Montherlant pour la voix de son coryphée.
Il n'y a pas de bonne guerre, il n'y a que de sales guerres mimétiques, des meurtres selon Camus.
Les résistants syriens ne sont pas blanc-bleu. Et les résistants français, au temps de l'Occupation ?

 

Alep se meurt.

 

Cet article a été précédemment publié, le dimanche 29 juillet 2012.

 

Depuis, il y a du changement, en pire : la répression du pouvoir fantôme ou fantoche de Bachar el-Assad tue tout le monde.

 


On se dressera nation contre nation et royaume contre royaume.
Lc, 21, 10

Des profondeurs je crie vers toi, Yahvé.
Seigneur, écoute mon appel. Que ton oreille se fasse attentive à l'appel de ma prière !
Ps, 130, 1-2

Alep se meurt.

Tant pis pour le Sud,
C’était pourtant bien,
On aurait pu vivre,
Plus d'un million d'années,
Et toujours en été.



Le Salon de Musique d'Alep, Taqsîm, improvisation de luth, int. Qâdri Dâlal, Le Chant du Monde, 1998
 

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 23:01

 

des pas perdus a une passion, chacun porte sa croix, lui, c'est le lèche-vitrine.

Vous l'avez déjà vu dans le chat à la gidouille, dans fourrures et cosmétiques.

Aujourd'hui, il a droit à un hommage pré-posthume, avant fermeture.

des pas perdus flingue au f11 les petits commerces fermés pour cause d'ouverture de grandes surfaces.

Il vous dira que le vieux Gouda, homo socialistus des temps modernes... enfin, suivez des pas perdus, allez, lisez des pas, à l'Elysée, des pas !

 

 

 

Entrées.

 

Preuve number one.

 

Des pas, Route, 2008

des pas, Route, juin 2008

 

A gauche, le talus, à droite, les poteaux, au milieu, la ligne jaune.

des pas ne prend que les routes secondaires.

 

 

 

Commençons par sa série catalane, lento, on avance doucement, on ménage le suspense, on vous ménage.

 

 

 

Preuve number two.

 

Des pas, bestiaire 1

des pas, Bestiaire 1

 

Oui, c'est un Picasso revu par Keith Haring, les balcons se regardent, dans une perspective biseautée, un peu comme dans un tableau de Piero della Francesca.

A l'extrême gauche, un magasin fermé, un mur qui s’effrite, signes des temps modernes.

Au centre, une fenêtre sur un balcon d'où l'on ne se penchera plus pour voir le spectacle de la rue.

A droite et en haut, un arbre chétif, un coin de verdure.

 

Preuve number three.

 

Des pas, bestiaire 2

des pas, Bestiaire 2

 

Là, on est chez les Mayas, ou à Metropolis, le Morloch.

Ceux qui sont derrière les barreaux ne peuvent pas voir, en bas et à droite, le point vert.

 

Preuve number four.

 

Des pas, bestiaire 3

des pas, Bestiaire 3

 

Le Nierdoi Sseaurou, façon Chagall & Miró.

 

Preuve number five.

 

Des pas, bestiaire 4

des pas, Bestiaire 4

 

Les petits cochons pervers, la moisissure qui gagne.

 

Preuve number six.

 

Des pas, couleurs 1

des pas, Couleurs 1

 

C'est bien un presque Keith Haring, en bleu et jaune orangé, manière Bauhaus, avec l'arbre de la tentation, le mont sacré et, très loin, la terre promise.

 

Preuve number seven.

 

Des pas, couleurs 2

des pas, Couleurs 2

 

Dali... C'est mou, on ne peut pas l'encadrer... En haut, une petite note de couleur.

 

Preuve number eight.

 

Des pas, couleurs 3

des pas, Couleurs 3

 

Une guitare qui ressemble étrangement à un moule mâlic de Duchamp.

 

Preuve number nine.

 

Des pas, femme catalane

des pas, Femme

 

On croirait Edward Hopper.

 

Preuve number ten.

 

Des pas, vanité catalane

des pas, Vanité

 

Vanitas vanitatum, et omnia vanitas.

Écclésiaste, 1, 2

 

 

Plats de résistance.

 

Preuve number eleven.

 

Des pas, fermeture dominicale, mai 2012

des pas, Fermeture dominicale, mai 2012

 

Maintenant, ça devient plus difficile.

Il s'agit d'une œuvre minimaliste.

Vous avez deux portes noires à gauche et à droite, c'est rien. Vous avez deux bouches d'aération, à gauche et à droite, passons. Vous avez trois rouleaux de néon, deux à gauche, un à droite. Il y a un manque. Celui-là avait écrit 7/7, peine perdue, il ne lui reste que la couleur orange dans ce deuil en noir et blanc.

 

Preuve number twelve.

 

Des pas, kebab relax

des pas, Kebab Relax

 

Le Restaurant Le Relax est venu poser son ardoise devant le Kebab' Land, qui ne serait pas un restaurant. A droite, il y a une balise de priorité, pour le « Restaurant ». Il semble que le Kebab se soit fait casser une vitrine. Les rues ne sont plus sures.

 

Preuve number thirteen.

 

Des pas, clouet garibaldi

des pas, Clouet Garibaldi

 

Boulevard Garibaldi, rue Clouet, tout près du métro Cambronne, Merdre ! dirait le Père Ubu. Le magasin d'à côté dit bien qu'on peut faire une croix sur la chose, elle est très abîmée, Ilya Kabakov en ferait peut-être une de ses créations.

 

Ilya, Kabakov 255

Ilya Kabakov, The Man Who Flew into Space from His Apartment, 1981-1988

[image cliquable]

 

Comme dans toutes ses constructions, des pas renvoie, en contrepoint, de la porte de la boutique à celle de l'immeuble, à gauche, avec, au bas de celle-ci, deux petits pans de lumière jaune qui nous ramènent à l’échoppe. Au-dessus, le point vert au balcon.

 

Preuve number fourteen.

 

Des pas, fermeture dominicale, juillet 2012

des pas, Fermeture dominicale, juillet 2012

 

Piero della Francesca, encore.

 

Preuve number fifteen.

 

Des pas, manif 29-09-2012

des pas, Manif, 29-09-2012

 

Oui, il est plutôt de gauche, à bâbord toute, il ne prend pas le cap de l'homo socialistus.

Comme vous le voyez, il se rend chez le coiffeur avant le défilé, rebelle mais prudent.

Il y a trois bornes qui saluent, tête basse, des voitures transparentes.

 

 

Douceurs.

 

des pas a trois qualités, au moins.

Il est un merveilleux photographe, vous l'avez vu.

Il est un merveilleux écrivain, vous l'avez lu.

Il a reçu cette grâce de faire confiance à Lou. Il lui a donné carte blanche. Et pourtant il sait que Lou est carte noire.

En vérité, on a tous quelque chose de Tennessee.

 

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 23:01

 

[Les images 'Etant donnés', 'Réplique' et 'Suppo' sont cliquables]

 

Marcel Duchamp

 

Profil, papier découpé, 1958

Marcel Duchamp, Autoportrait de profil, papier découpé sur fond noir, 1958

 

 

Etant donnes 700

Marcel Duchamp, Etant donnés : 1° La Chute d'eau, 2° Le Gaz d'éclairage, 1946-1966, Museum of art, Philadelphie

 

Qu'est-il donné à voir ?

 

Etant donnés, porte 700

Une porte encastrée dans un mur.

Pour voir, il faut placer son œil contre une petite échancrure située au milieu de la porte à hauteur du regard.

 

Un jeu entre caché et dévoilé.

 

On découvre à l'arrière-plan la chute d'eau. Celle qui, un peu plus loin, viendrait alimenter un moulin à eau, lié à la broyeuse de chocolat ?

 

Glissière contenant un moulin à eau (en métaux voisins),

Marcel Duchamp, Glissière contenant un moulin à eau (en métaux voisins), 1915

 

Broyeuse de chocolat n°2, 1914

Marcel Duchamp, Broyeuse de chocolat n°2, 1914

 

Eau & gaz

Au premier plan, le gaz d'éclairage, dont la forme rappelle des moules mâlics.

 

Neuf moules mâlics

Marcel Duchamp, Neuf moules mâlics, 1914

 

Il s'agit d'une plaque de cuivre ciselée, serrée entre deux verres que Marcel Duchamp a brisés volontairement.

Cet élément sera repris, comme d'autres, dans La Mariée mise à nu par ses célibataires, même.

 

La Mariée mise à nu par ses célibataires, même

Marcel Duchamp, La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, 1915-1923, Philadelphia Museum of Art

 

En écart entre la chute d'eau et le gaz d'éclairage, une femme nue.

 

Nu assis dans un tub, 1910

Marcel Duchamp, Nu assis dans un tub, 1910

 

La femme est caractérisée non par son sexe mais par une blessure, en léger décalage, comme si elle avait reçu un coin.

 

Coin de chasteté, 1954

Marcel Duchamp, Coin de chasteté, 1954

 

Dans sa version originale, l’œuvre, éditée en bronze en 1966, est fabriquée en plâtre et résine, comme une dent insérée dans sa prothèse.

 

Un exercice de perspective.

 

Albrecht Durër, L'Instruction sur l'art de mesurer avec la

Albrecht Durër, L'Instruction sur l'art de mesurer avec la règle et le compas, 1525

 

Etant donnés, photographie du plan de montage 700

Marcel Duchamp, Etant donnés, photographie du plan de montage

 

« C'est le regardeur qui fait le tableau. »

Marcel Duchamp, Duchamp du signe, Écrits réunis et présentés par Michel Sanouillet, Flammarion, 1975

 

L'histoire sans fin d'un tableau.

 

 

A voir ou revoir :

 

 

Marcel duchamp - de la fontaine à la chute d'eau

 

Marcel duchamp - les clefs de la cave

 

Comment apprivoiser un reinhardt - qu'y a-t-il à voir ?

 

 

   

Richard Baquié

 

Étant donnés a inspiré, notamment, André Raffray et Richard Baquié.

 

André Raffray, La Vie illustrée de Marcel Duchamp, 1977 7

André Raffray, La Vie illustrée de Marcel Duchamp, 1977

 

 

Richard Baquié 1, Réplique, Etant donnés, 1991 700Richard Baquié, Réplique, Étant donnés °1 La chute d'eau, °2 Le gaz d'éclairage, 1991

 

Réplique : Cet acte iconoclaste, la Réplique de l'étant donnés, marque pour moi un terme à la participation passive. La référence dans son application abusive entretient l'ignorance. Démonter le système de perception, inscrire dans le réel. "Subvertir" une métaphysique symboliste, sans intention de détruire le mythe moteur de Duchamp.

La rupture, c'est détruire le mythe, ouvrir la sculpture et comprendre le mécanisme de perception.

 

Faire de l'individu un être en évolution autonome et sujet.

Richard Baquié, Catalogue Rétrospective

 

 

 

Wim Delvoye

 

 

Wim Delvoye, l'art et la lutte des classes, 2012

 

Ses cochons tatoués sont apparus en 1995.

 

Jamie, 2005 700

Wim Delvoye, Jamie, 2005

 

Le portrait de Lénine sur le jambon. Quelle audace... en 2005 : - ) !

 

 

 

Encore une histoire de peau... mais les cochons ne connaissaient pas l'acné.

 

Cloaca N° 5, 2006, 303 x 79 x 333, MONA, Hobart, Tasmania

Wim Delvoye, Cloaca N° 5, matériaux mixtes, 303 x 79 x 333 cm, 2006, MONA, Hobart, Tasmanie

 

Oui, c'en est, et pas de la daube !

Rien à voir avec le geste de Piero Manzoni qui mettait ses excréments en boîte : la « matière » était inaccessible au regard (jusqu'à ce qu'un autre artiste, en hommage, n'ouvre une boîte, en l'exposant sous vitrine dans un musée) et à l'odeur (bien que certaines boîtes acquises par des collectionneurs aient explosé).

 

 

Suppo 1, Louvre, 2012 700

Wim Devoye, Suppo, acier mis en dentelle gothique, haut. 11 mètres

 

Jeff Koons, Hanging heart, Versailles, 2008 700

Jeff Koons, Hanging heart, Versailles, 2008

 

Wim Delvoye s'inscrit dans la mouvance d'artistes kitsch comme Jeff Koons. Celui-ci a eu les honneurs de Versailles, Wim Delvoye s'est exposé récemment au Louvre en pointant, de son braquemart d'acier taillé au laser, la pyramide de Ieoh Ming Pei, créée en 1989.

Le kitsch est très tendance, très déco, très high-tech. La déco, ça brille, ça se vend, c'est insignifiant.

On a pu lire dans la presse marchande, clinquante, chic, que « l'œuvre » envoyait un questionnement qui nous interrogeait.

 

Quelle est la question ?

 

La question du sens.

 

Nous cherchons toujours un sens, un fil, une idée.

 

Felice Varini, rappelez-vous.

 

 

Quand un artiste fait l'iconoclaste pour épater le bourgeois ravi de s'encanailler, il ne dit rien, il ne fait rien, il n'existe pas (la môme néant).

 

 

 

* * *

 

 

Récréation arithmétique

 

 

 

 

 

Etant donnés : 1° une baignoire de 50 l, 2° un robinet qui coule à un débit de 5 l/mn. En sachant que la baignoire a une fuite et que l'eau s'échappe à un débit de 0,5 l/mn, en combien de temps la baignoire sera-t-elle remplie ?

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 23:01

 

Woody Allen, Manhattan, 1979

L'histoire d'Isaac (Woody Allen) se présente d'abord en deux dimensions.
Une longue focale plaque les personnages sur le décor.

Manhattan, bridge scene

Ou bien ils sont en bord cadre, ou encore en ombres chinoises comme Isaac et Mary (Diane Keaton) au Planétarium.

Woody Allen, Planetarium
 

 

 
La dernière séquence montre Isaac courant à travers Manhattan pour rejoindre Tracy (Mariel Hemingway) en un long travelling entre voitures et maisons, la troisième dimension.

_ I'll be back in six months.
_ Six months, are you kidding ?
_ What's six months if we still love each other ?
_ Hey, don't be so mature, OK ?
_ Six months is not so long.

Le passage à la 3e dimension est une aventure menant de l'adolescence à la maturité, un travelling, la vie.
 

Partager cet article

Repost0

 


 
Handicap International

un clic sur les images